Étude 20140286 : étude de phase 1b visant à évaluer la sécurité d’emploi et la pharmacocinétique du blinatumomab par voie sous-cutanée chez des patients ayant un lymphome non hodgkinien indolent en re...

Update Il y a 3 ans
Reference: RECF3370

Étude 20140286 : étude de phase 1b visant à évaluer la sécurité d’emploi et la pharmacocinétique du blinatumomab par voie sous-cutanée chez des patients ayant un lymphome non hodgkinien indolent en rechute ou réfractaire.

Woman and Man | 18 years and more

Extract

Le lymphome non hodgkinien est un cancer qui prend naissance à partir de cellules du système lymphatique, des lymphocytes, impliquées dans les réactions de défense de l’organisme. Le lymphome non hodgkinien apparaît le plus souvent dans un groupe de ganglions lymphatiques ou moins fréquemment dans un autre organe comme l’estomac, l’intestin, la peau ou le cerveau et il peut se propager à n’importe quel tissu ou organe. Les lymphomes non hodgkiniens constituent un groupe de plus de 30 maladies qui diffèrent par l’apparence de leurs cellules, leur développement et leur impact sur l’organisme. Ils sont classifiés en fonction du type de cellules impliquées (lymphocytes B ou T), de l’évolution de la maladie et de l’extension de la tumeur dans le corps. Le blinatumomab est un anticorps monoclonal approuvé pour le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique négative pour le chromosome Philadelphie capable de stimuler les cellules T pour reconnaître les cellules B tumorales et exercer une activité cytotoxique sur elles. L’objectif de cette étude est d’évaluer la sécurité d’emploi et la pharmacocinétique du blinatumomab par voie sous-cutanée chez des patients ayant un lymphome non hodgkinien indolent en rechute ou réfractaire. Lors d’une première période, les patients recevront du blinatumomab en injection intraveineuse, administré selon un schéma d’escalade de dose pendant 3 semaines. La dose de blinatumomab sera progressivement augmentée afin de déterminer la dose la mieux adaptée à administrer. Puis ils recevront du blinatumomab en injection sous-cutanée pendant 5 jours. Les patients recevront ensuite du blinatumomab de nouveau en injection intra-veineuse pendant 2 semaines. Les patients resteront sans traitement pendant 14 jours avant de commencer la période 2. Après 14 jours, lors de la deuxième période, les patients recevront du blinatumomab en injection sous-cutanée, selon un schéma d’escalade de dose, 5 jours par semaine, pendant 6 semaines. Les patients auront une visite de suivi à 30 jours après la fin du traitement de l’étude.


Scientific Abstract

Il s’agit d’une étude de phase 1b non randomisée et multicentrique. Au cours de la période 1, les patients reçoivent du blinatumomab en IV en escalade de dose pendant 3 semaines puis ils reçoivent du blinatumomab en SC pendant 5 jours. Après la période de traitement en SC, les patients reçoivent du blinatumomab en IV pendant 2 semaines. Les patients restent sans traitement pendant 14 jours avant de commencer la période 2. Au cours de la période 2, les patients reçoivent du blinatumomab en SC en escalade de dose pendant 5 jours suivis de 2 jours sans traitement, pendant 6 semaines. Les patients ont une visite de suivi à 30 jours après la fin du traitement de l’étude.;


Primary objective

Évaluer la sécurité d’emploi et la tolérance de l’administration par voie sous-cutanée du blinatumomab toutes les 12h et toutes les 24h.;


Secondary objective

Évaluer les paramètres pharmacocinétiques du blinatumomab en IV et SC. Déterminer la dose maximale tolérée pour l’administration SC du blinatumomab. Évaluer l’incidence de la formation d’anticorps anti-blinatumomab pendant l’administration SC. Évaluer la réponse efficace suivant l’administration du blinatumomab par voie SC. Déterminer la pharmacodynamie des lymphocytes B et lymphocytes T ainsi que le profil des cytokines suivant l’administration du blinatumomab par voie SC. Évaluer la réponse efficace suivant l’administration du blinatumomab par voie SC selon les critères de Lugano.


Inclusion criteria

  • Age ≥ 18 ans.
  • Lymphome non hodgkinien à cellules B confirmé histologiquement, en rechute ou réfractaire primaire après une première ligne de traitement : i) lymphome folliculaire de stade I, II ou IIIA. ii) Lymphome de la zone marginale (extra-ganglionnaire, ganglionnaire ou splénique). Les patients avec des tissus lymphoïdes associés aux muqueuses gastriques doivent avoir progressé après un traitement d’éradication d’Helicobacter pylori et une radiothérapie. Les patients avec un lymphome de la zone marginale splénique doivent avoir subi une splénectomie. iii) Lymphome pymphoplasmocytaire. iv) Lymphome à cellules du manteau à l’exception d’un lymphome à cellules du manteau agressif, défini par Ki67 > 30 % ou histologie blastoïde. iv) Lymphome à petites cellules.
  • Patient sans alternative thérapeutique standard ou ayant des contre-indications au traitement standard ou ne souhaitant pas recevoir le traitement standard. Statut de la maladie réfractaire primaire (au moins une première ligne de traitement), en rechute dans l’année suivant la première réponse ou avec une réponse au traitement initial pendant plus d’un an et en rechute après au moins 2 lignes de traitement, dont un anticorps monoclonal anti-CD20.
  • Maladie non irradiée au préalable mesurable par tomoscintigraphie par émission de positons ou tomodensitométrie d’au moins 1,5 cm au cours des 21 jours avant le début du traitement de l’étude.
  • Espérance de vie ≥ 3 mois.
  • Indice de la performance ≤ 2 (OMS).
  • Fonction hématologique : polynucléaires neutrophiles 0,5 x 109/L, plaquettes 50 x 109/L, hémoglobine ≥ 8 g/dL.
  • Fonction hépatique : bilirubine ≤ 1,5 x LNS, transaminases > 5 x LNS.
  • Fonction rénale : clairance de la créatinine ≥ 50 mL/min (formule de Cockcroft-Gault).
  • Test de grossesse sérique négatif.
  • Contraception efficace pour les patients en âge de procréer pendant la durée de l’étude et pendant au moins 48h (période 1) ou 72h (période 2) après la fin du traitement avec du blinatumomab.
  • Consentement éclairé signé.

Non-Inclusion Criteria

  • Métastases cérébrales suspectées ou avérées.
  • Pathologie du système nerveux central cliniquement significative telle qu’une épilepsie, des crises convulsives récurrentes, une parésie, une aphasie, une apoplexie, des lésions cérébrales sévères, un syndrome cérébral organique ou une psychose.
  • Maladie intercurrente non contrôlée, notamment mais non exclusivement, une infection fongique systémique en cours ou non contrôlée, une infection bactérienne, virale ou autre, une insuffisance cardiaque congestive symptomatique, une angine de poitrine instable, une arythmie cardiaque ou un trouble psychiatrique ou des situations sociales interférant avec l’évaluation, les procédures ou la réalisation de l’étude.
  • Antécédent de cancer autre qu’un lymphome, à l’exception d’un cancer traité dans un but curatif et sans maladie active connue présente pendant plus de 3 ans avant l’inclusion et considéré comme à faible risque de récidive, d’un cancer de la peau non-mélanomateux ou d’un lentigo malin, d’un carcinome in situ du col de l’utérus, d’un carcinome canalaire in situ du sein, d’une néoplasie intraépithéliale de la prostate ou d’un carcinome urothélial papillaire non invasif ou d’un carcinome in situ traités de façon satisfaisante ou sans signe de la maladie.
  • Traitement avec un médicament ou dispositif expérimental en cours ou dans les 30 jours avant le début du traitement de l’étude.
  • Traitement avec un agent anticancéreux, notamment le rituximab ou l’obinutuzumab et/ou un autre anticorps monoclonal ou une radioimmunothérapie au cours des 6 semaines avant le début du traitement avec le blinatumomab.
  • Patient ayant reçu des traitements ciblés anti-CD19, des cellules T porteuses d’un récepteur chimérique, ou d’autres thérapies cellulaires pour le traitement d’un lymphome.
  • Antécédent d’autogreffe de cellules souches dans les 12 semaines avant le début du traitement par du blinatumomab ou antécédent d’allogreffe de cellules souches.
  • Sensibilité connue aux immunoglobulines ou à tout autre composant du produit expérimental.
  • Trouble, maladie ou pathologie significative qui peuvent représenter un risque pour la tolérance du patient ou interférer avec l’évaluation, les procédures ou le déroulement de l’étude.
  • Patient incapable de se conformer aux visites ou aux contraintes du protocole.
  • Sérologie VIH, VHB ou VHC positive.
  • Femme enceinte ou en cours d’allaitement.